Pollution : Les océans sont-ils remplis de plastique ?

Pollution : Les océans sont-ils remplis de plastique ?

Plastiques : Compte rendu sur la pollution marine.

Les origines du plastique.

Depuis plus de 50 ans, les matières plastiques ont envahi notre quotidien. 

Pour les industriels, le plastique représente un matériau idéal.

Peu onéreux, solide, léger, résistant à la corrosion et à de nombreux produits chimiques, plus de 300 millions de tonnes de plastique sont fabriquées chaque année.

Il est utilisé dans quasiment tous les secteurs : bâtiment, automobile, électronique, etc.

Mais surtout, plus de la moitié du plastique produit est destiné à l'emballage de produits. Leur usage est donc souvent limité à une utilisation très éphémère.

Pourtant, pour ces emballages, il n'y a que leur utilisation qui est éphémère.

Qui est responsable de la pollution plastique ?

Malgré tous nos efforts, la nature robuste du plastique le rend extrêmement difficile à contenir et à gérer.

Même les meilleurs systèmes de gestion des déchets ont du mal à les empêcher de pénétrer dans l'environnement.

Les scientifiques font des percées avec des innovations telles que les enzymes de consommation de plastique, mais celles-ci n'en sont encore qu'à leurs débuts et il est peu probable qu'elles puissent même empêcher tout le plastique que nous produisons de pénétrer dans l'environnement.

Pour s'attaquer à ce problème, nous devons aller à la source, qui est la création de produits en plastique et en plastique eux-mêmes.

    Où va le plastique ?

    Dans les décharges

    Si vous jetez du plastique dans la poubelle ordinaire, et non dans le recyclage, c'est là qu'il ira.

    C'est s'il n'est pas soufflé par-dessus bord en cours de route. Une fois dans une décharge, le plastique peut mettre jusqu'à 1 000 ans à se biodégrader.

    Sacs en plastique à partir de 10 ans et bouteilles de plus de 450 ans.

    Lorsque le plastique finit par se décomposer, il le fait en minuscules particules qui peuvent parfois s'infiltrer dans le sol et l'eau.

    Ce sont les fameux microplastiques – des morceaux de moins de 5 millimètres – et ils se retrouvent partout.

    Dans la nature

    On estime que 79 % du plastique se retrouve dans la nature.

    Mais le monde naturel n'était pas prêt pour le plastique. C'est, après tout, contre nature.

    Du plastique a été trouvé sur les fonds marins les plus profonds, dans la glace arctique et en quantités affligeantes sur des îles éloignées au milieu des océans.

    Lorsque le plastique pénètre dans les océans, il se décompose plus rapidement et libère des toxines.

    La pollution plastique est directement responsable de la mort de millions de créatures marines chaque année. nettoyage de la plage

    Fait amusant : le plus grand nettoyage de plage a permis d'éliminer près de 30 000 tonnes de plastique d'une seule plage

    Vous êtes probablement déjà très conscient du problème du plastique dans nos océans, mais qu'en est-il sur terre ?

    Une étude récente a révélé que 1 000 tonnes métriques de plastique, soit 125 millions de bouteilles, sont tombées sur seulement 11 des parcs nationaux américains l'année dernière.

    Il y est transporté par le même vent, la pluie et la neige qui transportent la poussière et le sable autour du globe.

    Le plastique en tant que polluant atmosphérique fait toujours l'objet de recherches, mais il est extrêmement probable que nous le respirions, ce qui nous amène à la prochaine étape potentielle de notre voyage.

    Dans notre corps

    Les scientifiques estiment que, globalement, nous mangeons une carte de crédit en plastique chaque semaine.

    Il pénètre en nous par les vêtements, les produits que nous utilisons qui contiennent des microparticules, ainsi que par la nourriture que nous mangeons.

    Des microplastiques ont été trouvés dans les aliments et les boissons de tous les jours, tels que l'eau, la bière, les crustacés et le sel. 

    Les scientifiques estiment que nous mangeons environ 5 g de plastique par semaine

    Les risques pour la santé font toujours l'objet d'études, mais il semble que certains produits chimiques présents dans le plastique peuvent provoquer des déséquilibres hormonaux qui ont, entre autres, un impact sur le développement des enfants.

    Vous pouvez en savoir plus sur les risques pour la santé ici.

    Recyclé en autre chose

    Un faible pourcentage, 9 %, des déchets plastiques est recyclé en autre chose.

    Malgré tous vos efforts à la maison, c'est la quantité qui est réellement transformée en un nouveau produit.

    Un autre problème est que la plupart des plastiques ne peuvent être recyclés que 2 à 3 fois avant de devenir inutilisables, après quoi ils sont envoyés dans des décharges.

    Le traitement des déchets plastiques.

    Ayant de formidables propriétés de résistance, le plastique est fait pour durer. Parfois, il s'agit de quelques dizaines d'année, parfois, près d'un millénaire !

    Lorsque ce plastique n'est pas consciencieusement trié et recyclé, il finit par se retrouver dans la nature, et notamment dans nos océans.

    En France, environ 20 % des plastiques sont recyclés et seulement 9% à l'échelle mondiale. Vous avez bien lu. 91% des déchets plastiques ne sont pas recyclés !

    Des milliards de déchets en tous genres sont déversés dans les océans, dont une grande majorité de matières plastiques, à hauteur de 10 à 20 millions de tonnes chaque année.

    A la surface, ils représentent la très grande majorité des objets flottants. En moyenne, 70 à 80% des déchets rejetés en mer sont acheminés par les fleuves et les rivières. Ils ne constituent donc majoritairement pas une conséquences des activités maritimes.

    Une fois en mer, la plupart des déchets plastiques flottent à la surface sous la forme de macro-plastiques, bouteilles d’eau, sacs plastiques et autres emballages. 

    Après quelques années de dégradation, ces déchets se transforment en micro-plastiques qui, entraînés sur des distances énormes par les courants marins, flottent jusque dans les zones les plus reculées de la planète.

    En effet, les gyres océaniques, ces gigantesques tourbillons marins de plusieurs milliers de kilomètres, forment ainsi une véritable soupe de minuscules débris plastiques, véritables "continents de plastique".

    La méditerranée, mer presque fermée, souffre ainsi de la plus forte densité de micro-plastiques au monde : 115 000 particules par kilomètres carrés.  

    On estime à près de 90% la surface maritime polluée, et la quantité de plastique est 10 fois supérieure à celle du plancton.

    L'impact du plastique sur les océans et la biodiversité.

    Polluants, additifs, polymères du plastique et autres substances nocives sont absorbées par les micro-organismes marins.

    Les micro-plastiques peuvent être directement ingérés par la plupart des espèces de plancton, de petits poissons mais aussi d’organismes filtreurs comme les moules ou les huîtres. Or, tous ces organismes représentent les premiers maillons de la chaîne alimentaire.

    Les macro-déchets, eux, ont un impact direct et bien visible. Environ un million d’oiseaux marins et 100 000 tortues et mammifères marins meurent chaque année de cette pollution, emprisonnés dans des sacs plastiques ou des filets, dans lesquels ils meurent de faim ou d’étranglement.

    Souvent, ces animaux succombent suite à l'ingestion des déchets plastiques en les prenant pour une proie. Les tortues,ont souvent tendance à confondre les méduses et les sacs en plastiques. 

    Les animaux en bout de chaîne alimentaire consomment des proies dont les tissus possèdent des concentrations élevées en polluants.

    En général, l'Homme, souvent le dernier prédateur, est le plus touché par cette conséquence de sa propre pollution ... Composants du plastique, pesticides, métaux lourds contaminent notre alimentation et, au final, nos tissus.

    Cette pollution a donc des conséquences directes sur la biodiversité et sur la santé, même si elles sont encore trop peu connues.

    Outre les perturbateurs endocriniens que sont les additifs du plastique (phtalates, bisphénol A, retardateur de flamme, etc.) et les pesticides, d'autres molécules qui ne sont pas toxiques en elles-mêmes peuvent avoir des conséquences dramatiques sur le corps humain (cancers, altération des fonctions comme la croissance, le développement, le comportement, le sommeil, la circulation sanguine, l’utilisation de l’énergie ainsi que les fonctions sexuelles et reproductrices notamment).

    Les alternatives responsables au plastique.

    De nombreuses alternatives au plastique existent, notamment les bio-plastiques, polymères dérivés d'éléments naturels tels que le maïs, le chanvre ou l'huile de ricin, mais également les matériaux plus traditionnels comme le bois, le verre ou le métal. 

    Comment retirer le plastique de votre vie ?

    Comme nous en avons discuté, le plastique est partout et caché à l'intérieur des produits là où on s'y attend le moins, y compris les gobelets en papier et les sachets de thé.

    Vous pouvez réduire la quantité de plastique que vous utilisez en optant pour des produits fabriqués à partir d'alternatives naturelles ou écologiques telles que les plastiques biodégradables.

    Le verre et l'aluminium sont recyclables à l'infini, bien que s'ils se retrouvent dans l'environnement, ils peuvent prendre autant de temps, sinon plus, à se décomposer (le verre dure jusqu'à 1 million d'années) et il y a une limite à ce que nous pouvons produire avec eux.

    Vous pouvez facilement éviter le plastique dans votre quotidien en :

    • Prendre un sac réutilisable pour faire ses courses
    • Utilisez du papier d'aluminium ou des pellicules de cire d'abeille pour garder les aliments frais
    • Prenez une tasse à café, une bouteille ou un thermos réutilisable pour contenir votre boisson préférée
    • Remplacez votre brosse à dents en plastique par une brosse à dents en bambou
    • Dites non aux couverts en plastique simples, essayez plutôt des couverts en bambou.

    Changer ses modes de consommation est facile et permet de protéger la nature, la biodiversité et notre santé. 

    Alors, pourquoi attendre ?

    Retour au blog